Archive

Posts Tagged ‘Ron Brooks Les Miles MAthieu Ware Jefferson Lee LSU’

Ole Miss vs LSU : Et de 11 !

novembre 26, 2011 Laisser un commentaire

En venant à bout d’un de nos ennemis préférés qui réside être Ole Miss, LSU acquière une nouvelle victoire et enchaine avec un nouveau record. 11 ème victoire de suite pour LSU, le dernier meilleur départ était en 1958, mais ce n’est pas tout car c’est la plus large défaite encaissé par Ole Miss. Ole Miss qui rappelons le nous est l’ancienne équipe de Eli Manning.

Un match qui ne semblait être qu’une formalité, et ce qui semblait l’être, devenu tout à coup une évidence pure et simple. Ron Brooks pourtant habitué à jouer les seconds rôles effectuait sa deuxième interception de la saison et s’en allait inscrire un touchdown après seulement 28 secondes. Le pauvre Brunetti est totalement anéantit. A noter le bon coverage de Tyrann Mathieu qui effectue le dernier block, pour libérer Ron Brooks de tout marquage.

Ole Miss tentera bien de se reprendre grace à un facemask de la défense des purple and gold. Rien n’y fait après le fair catch de Mathieu au dela de la ligne des 15 yards, Jordan Jefferson enclenche son drive qui se conclura par un run de Kenny Hilliard, le true freshman. Ron Brooks se dit qu’il est temps pour lui de marquer les esprits, car dans son année senior il doit surement penser à la draft. Il s’en va sacker le QB adverse pour une perte de 11 yards, ce qui conduira à une perte de balle de Ole Miss grace à un fumble recouvert par Ron Brooks, en plus du sack. Du grand art !

2 plays plus tard et avec une passe pour Rueben Randle, la star des receveurs, LSU compte déjà 21 points d’avance. La donne est simple, Brad Wing n’a pas encore eu l’honneur d’effectuer un seul punt. Son premier punt viendra en début de 2ème quart temps après un 3rd and out, après que Michael Ford n’est pas réussi à convertir le 3rd and one. Rien de bien dramatique tellement l’avance de LSU est conséquente avec une défense remonté à block. Un punt qui sera inside 15 et qui aura pour effet direct de rebooster encore plus la défense de LSU. Un sack de Michael Brookers qui fait perdre 12 yards qu Quarterback d’Ole Miss, puis comble du bonheur, Kevin Minter inscrit le touchdown après la perte de balle de Brunetti, décidément pas verni. 28/0, faites vos jeux rien ne va plus. S’en suit une série de run pour Ole Miss et un nouveau punt inside 5, un très bon punt pour repousser la machine LSU. Pas vraiment de quoi faire peur aux hommes de Les Miles, qui sont remontés à block. Jordan Jefferson pour Chase Clement puis Deangelo Peterson, le métier de tight end à la cote en ce début de drive, puis passera le relais au running back qu’est Spencer Ware pour inscrire un nouveau touchdown. 10 plays pour 95 yards. Juste avant la mi temps, la rivalité permettra de sauver quelques peu l’honneur, quoique si tenté qu’il y en est encore … Le Field goal est assuré par Bryson Rose.

Au retour des vestiaires, Les Miles tente ses nouvelles recrues et notamment Alfred Blue. Ce dernier explose la défense adverse avec un run de 57 yards.  Les supporters présent dans le stade sont absolument dépité, d’autant plus que Michael Ford finira le travail en perpétuant ce beau travail des runnings backs avec une course de 19 yards. 42 à 3. Les pauvres locaux n’arrivent à rien, d’autant plus que les coéquipiers de Tyrann Mathieu mettent une pression monstre et se croient comme à l’entrainement, peut être à la limite de l’arrogance. Néanmoins ce sont les seuls dans le pays à pouvoir faire ça. Magee rentre en jeu, ainsi que Jarrett Lee. Magee encore un freshman, encore un prodige, ça en devient, comment dire : habituel, oui c’est le mot ! En seulement 2 courses, il ajoute 18 yards. Il faut dire que courir derrière J.C Copeland ou encore Stampley c’est comme courir en NFL derrière Vonta Leach. Stampley le fullback se charge d’ajouter la touche final avec ce dernier yard, 49 à 3.

Pour finir, un petit 3/0 avec un FG de Drew Alleman, la force tranquille pour LSU, pas besoin de surjouer. Le take a knee diriger par Les Miles à 5 minutes de la fin est peut être étrange, mais n’est ce pas pour assoir une constante domination et préserver les organismes ? On ne le saura jamais vraiment, néanmoins c’est la plus grosse défaite all time de Ole Miss, c’est Manning qui doit faire la gueule !