LSU vs Western Kentucky

novembre 21, 2011 Laisser un commentaire

Un match sans importance, non n’allons pas jusque là. Néanmoins il parait évident que LSU ne court pas un véritable danger face à Western Kentucky malgré quelques bons joueurs tels que : Bobby Rainey ou Jack Doyle. Au Basket il y aurait une chance que WKU parvienne à l’emporter, mais en football franchement …

Malgré cette donnée énuméré, LSU ne rentre pas tambour battant dans son match, avec quelques approximations de la part de Jordan Jefferson qui a un style bien à lui, concédons le, même si sa qualité de passe n’est pas franchement si mauvaise. Brad Wing se charge de nous donner de l’air avec un nouveau punt inside 10, une de ses nombreuses qualités. Comme un classique, et avec n’importe quel quarterback, Rueben Randle inscrit un long touchdown de plus de 50 yards. LSU apparait enfin sur le scoreboard. La réponse de Western Kentucky se fait très rapidement sur le drive qui suit avec Simpson qui conclura le drive par une course de 2 yards. 7/7 dans ce premier quart temps, tout reste à faire.

Fait exceptionnel car en début de 2ème quart temps, notre koala national effectue un pauvre punt de 33 yards, il nous avait habitué à bien mieux. WKU aurait pu tout de suite prendre l’avantage mais le jeune Tinius manque la cible à près de 50 yards. Il n’en fallait pas plus pour redonner un peu de courage à LSU qui par l’intermédiaire de Kenny HIlliard (True Freshman) s’en va défoncer la défense de WKU. Plus rien ne sera marqué et c’est avec une possession d’avance que LSU repartira au vestiaire. Alfred Blue fraichement rentré nous expédie plusieurs runs de 10 yards ou plus, pour donner à son coéquipier Kenny Hilliard le soin de soigner sa feuille de stats avec un second touchdown. Un petit Safety avec un sack sur Jordan Jefferson pour permettre à WKU d’exister, mais la domination est telle que c’est un moment de gloire très court. Preuve en est, puisque l’excellent Alfred Blue court pout 45 yards et s’en va inscrire le touchdown. 28/9 avant le dernier quar temps.

Il n’y aura plus que des punts de la part de WKU, LSU a la main mise sur le match et rajoute 2 touchdowns par l’intermédiaire de l’infatigable ALfred Blue et Boone bien servi par Jarrett Lee entré en jeu il y a peu de temps. La fiche est parfaite 10/0 avant d’aborder le match face à Ole Miss !

 

Publicités

Happy Birthday Les Miles

novembre 10, 2011 Laisser un commentaire

En ce 10 Novembre 2011, le coach de LSU Les Miles fête ses 58 ans, une jeunesse éternel tant le coach en fait beaucoup moins. Est ce cette fameuse casquette blanche qui lui donne cet air si jeune ? Maybe. En tout cas en cette année 2011 et dans le prolongement (2012) Les Miles espère bien fêter son anniversaire au Superdome avec un nouveau titre pour LSU. Le 4eme.

En espérant encore de belle année sous son commandement car qu’on se le dise, il sera évidemment très dur à remplacer.

Catégories :Breaking News Étiquettes :

Player of the week : Montgomery et Reid

novembre 7, 2011 Laisser un commentaire

Comme si cette victoire face à ‘Bama ne suffisait, une autre bonne nouvelle vient s’y ajouter. Les deux sophomores de LSU que sont Sam Montgomery (DE) et Eric Reid (Safety) ont étés nommés juste après la rencontre player of the week (Conference SEC). Les deux joueurs ont eu un rôle déterminant dans le game of the century, en limitant les éléphants à seulement 6 points.

Reid natif de Geismar a réalisé une interception ultra clutch à seulement 1 yard du touchdown, sauvant par la même occasion son équipe d’une défaite assurée. Il a réalisé beaucoup de tacles en second rideau vers Trent Richardson, pendant ce temps là Sam Montgomery limitait Alabama au sol et mettait une pression monstre sur le quarterback. 6 points c’est également le minimum d’Alabama depuis que Nick Saban est au commande.

Pour être plus précis, Reid a effectué 6 tacles dont 1 pour une perte de 6 yards. Rajouté à cela une interception essentiel et un fumble forcé mais non recouvert lors de cette victoire 9 à 6. Montgomery a également collecté 6 tacles, 1 sack sur Mcarron en overtime sur le 3rd down, ce qui a forcé le kicker d’Alabama a effectué un field goal de 52 yards. Son second sack s’est fait bien avant lors du second quart temps encore sur 3rd down. Le Field Goal avait été blocké par Logan et recouvert par Eric Reid qui fut désormais omniprésent.

 

Catégories :Breaking News Étiquettes :

L’ivresse des supporters de LSU !

novembre 7, 2011 Laisser un commentaire

Car on ne s’en lasse pas voici une video que j’ai trouvé en trainant sur internet. Elle met en avant la folie des supporters de LSU qui ont fait ce déplacement mythique vers Alabama. Au terme d’un match épique, voir résumé dans les précédents articles, on comprend mieux la joie excessive mais toute trouvé des supporters de l’université de Baton Rouge en Louisiane.

On espère bien entendu autant de choix pour l’année 2012, surtout que ce BCS se jouera à la maison, enfin à la Nouvelle Orleans.

Les Miles bientôt dans l’histoire ?

novembre 7, 2011 Laisser un commentaire

Bien entendu ce ne sont que de pures spéculations, mais en regardant les championnats glanés par LSU il parait évident que Les Miles peut bientôt rentrer dans l’histoire même si tout le monde sait que le coach des Tigers aura déjà une place de choix dans le hall of fame de LSU, surement à côté de Shaquille O’neal avec également une statue. 

Mais attardons nous sur cette homme qui ne cesse d’évoluer dans le staff de LSU. L’homme à la caquette blanche comme on le surnomme, a plus d’un tour dans sa caquette, il cache toujours un trick plays au cas ou les quarterbacks éprouveraient des difficultés, et le moins que l’on puisse dire c’est que ça marche. Adepte du trick play comme celui déclenché par Deangelo Peterson face à Alabama en 2010, Les Miles a toujours un plan de rechange mais n’en abuse pas, il sait qu’il est attendu la dessus. Comme Paul Dietzel en 1958 ou Nick Saban en 2003, Les a remporté un BCS en 2007, il pourrait bien en remporté un deuxième si LSU continuait sa bonne marche en avant.

Leslie Edwin Miles de son vrai nom est devenu un élément incontournable à LSU, il est également une personne unanimement apprécié par les habitants de Baton Rouge, ses enfant étudient ici et même si la NFL lui fait les yeux doux, il aime plus que tout la Louisiane et Baton Rouge. Agé de bientôt 58 ans et même s’il en fait à peine 45, Mister Miles a débuté sa carrière en 2005 à LSU, avant avoir dirigé notamment Oklahoma State et dirigé les tights ends des Cowboys de Dallas. Avec Oklahoma State  il parvient à nous sortir des coups d’éclats en battant deux ans de suite les Sooners qui fut classé 4ème la première année et 3ème la seconde, alors que son université était souvent à la traîne bien que très combative.

Le 2 Janvier 2005, Les Miles est engagé par LSU, une longue histoire d’amour est en train de s’écrire entre cette homme déterminé et le public du Tiger Stadium. Il y remplacera Nick Saban qui a décidé de partir de LSU pour tenter l’expérience en NFL, avec les Dolphins de Miami. Cependant, les débuts de Les Miles attendront puisque la saison fut retardé et que le match face à North Texas fut reporté. Une délocalisation sera effectué à cause de l’ouragan Katrina qui a sévit quelques mois plus tôt pour le compte du second match. Mais les ouragans se poursuivent au Etats Unis car le match face à l’université de Tennessee sera joué deux jours plus tard, match que Les Miles perdra pour l’anecdote, après avoir mené 21/0.

Une première saison qui se veut positive pour Les Miles puisque LSU terminera avec un bilan fort honorable de 11/2 après avoir perdu en SEC championships face à Georgia 31 à 14. LSU était pourtant grand favoris, ce n’est que parti remise pour l’ancien stratège d’Oklahoma State qui termine tout de même avec une 5ème place en cette saison 2005. Bis répétita en 2006, puisque le coach de LSU encaisse encore 2 défaites cette fois ci face à Auburn et les Gators de Florida. Cependant ils terminent la saison d’une manière très positive en enchaînant 6 victoires de suite. LSU ne gagnera pas cette fois si la SEC West au détriment de Arkansas, mais avec une jolie 3ème place dans le classement de l’AP Poll 25.

En 2007, LSU arrive à maturité avec de très bons joueurs tels que Jacob Hester, Matt Flynn, Early Doucet mais devra palier avec les départs de joueurs tels que Dwyane Bowe ou LaRon Landry. Mais malgré quelques départs important LSU est classé numéro 1 à deux reprises dans la saison régulière. Les deux seuls défaites de l’université intervienne en Overtime face à Kentucky (Triple overtime), ainsi que face à Arkansas qui était non classé 50 à 48 (également en triple overtime). En dépit de ses deux défaites, LSU accède tout de même au SEC Championships. Avant ce match le très respectable Kirk Herbstreit, déclarera que Les Miles aurait accepté le job qu’on lui propose à Michigan pour remplacer Lloyd Carr. malgré cette distraction LSU viendra à bout de Tennessee pour le titre en SEC, 21 à 14. Comme une bonne nouvelle n’interviens jamais seul les deux premières université du championnat (Missouri et West Virginia) perdent. LSU se voit donc propulsé deuxième du championnat au classement AP, Coach, Harris et BCS Polls. Ce sera Ohio State au BCS. Une aubaine lorsque l’on sait que le match se déroulera au Superdome de la Nouvelle Orleans. Un match que les Tigers maîtriseront de main de maître avec un score final de 38 à 24. Matt Flynn sera in the zone tout le match, On Fire, en transe, bref comme vous voudrez, les superlatifs me manquent. Cela avait pourtant mal débuté avec un déficit de 10 points à combler, mais c’est tout LSU qui se mit au diapason. En un seul quart temps LSU inscrit 21 points et n’en concédera aucun, ruinant par la même occasion tous els espoirs de Ohio State, tête baissé dans le locker room. C’est désormais chose faite LSU glane son 3ème titre après celui de 1958 et 2003. Les Miles prend une tout autre dimension et gagne le respect de ses aînés.

Matt Flynn et Russell plie bagage pour la NFL et c’est toute l’équipe qui a du mal désormais, une période de disette qui ira jusqu’a 2010 avec une belle saison ponctué par un 11/2. En 2011, tous les supporters se disent que cette fois ci c’est l’année ou jamais, expression bien entendu. Un groupe de running backs exceptionnelle malgré le départ de Stevan Ridley. Spencer Ware, Michael Ford, Alfred Blue ou encore la superstar du college Kenny Hilliard. Côté receveur Rueben Randle, Russell Sheppard, Odell Beckham Jr, Jarvis Landry. Une Oline performante, des Cornerbacks parmi les meilleurs du pays avec la révélation Tyrann Mathieu, le maître du placement qu’est Morris Claiborne et d’excellents back ups en la personne de Tharold Simon et Ron Brooks. Sans oublier les Anthony Johnson, Mingo, Sam Montgomery, Brookers. Une saison qui débute par une victoire ultra importante face à Oregon avec une démonstration de puissance de la part des cadres comme Jarrett Lee (qui remplace Jordan Jefferson vis à vis de sa suspension), Tyrann Mathieu, Rueben Randle, Michael Ford et Spencer Ware. Désormais LSU est à 9 victoires pour 0 défaites grâce à sa victoire dans le temps supplémentaire, face à son ennemi de toujours qu’est Alabama. Rien ne semble pouvoir arrêter LSU pour le moment, tellement le groupe semble soudé dans l’adversité. Les Miles pourrait par ailleurs remporté son deuxième BCS, ce qui n’a jamais été réalisé par Dietzel ou Nick Saban.

LSU road to BCS

novembre 6, 2011 Laisser un commentaire

 

Hier avait lieu le game of the century, une appéllation purement culturelle qui doit être dite quand les deux premiers du championnat s’affronte. Cette fois c’était la 11ème fois (voir article précédent), mais la première de ces deux clubs que sont LSU et Alabama. Plus qu’une rencontre c’est une véritable guerre que vont se livrer les protagonistes de match, fini l’entrainement, fini les matchs face aux seconds couteaux ce soir les deux équipes vont laisser leur peau et seul le vainqueur pourra sortir la tête haute et fier de son statut de numéro 1 ! Une rivalité de tous les instants, le feu follet Les Miles, face au maître tactique qu’est Nick Saban. Les Miles a toujours un trick play dans sa casquette ! 

Un avant match de folie avec comme invité sur le plateau de college gameday Brian Wilson pitcher des Giants de San Francisco qui avait arboré pour l’occasion une tenue des Tigers et s’essayant au trombone. Lee Corso avait commenté son argumentaire pour Alabama, avant de faire volte face et de supporter LSU pour ce match, se mettant tout le public à dos, dans une ambiance bonne enfant … Bien sur ce n’est que Alabama, qui n’est aucunement le public de LSU, un peu de narcissisme ne fait jamais de mal.

Peu avant le match le stade de Tuscaloosa était rempli, aucune place n’était libre, pendant un instant on s’imaginait assez facilement être au BCS. Les deux meilleurs équipes du pays s’affronte .. On n’a pas encore les chiffres pour les retransmissions TV mais il n’en demeure pas sur que plus de 20 pour cent des américains ont du avoir le cul posé dans leur fauteuil pour regarder ce match. Les deux équipes rentre sur le terrain et le public à déjà choisi son chouchou, quoi de plus normal. L’entrée des joueurs de LSU est assez copieusement sifflé, mais c’est de bonne guerre après tout ! Au bord de la rivière de Black Warior le match débute enfin !! Un début qui se veut timide de la part d’Alabama avec un gros raté du kicker Cade Foster à hauteur de 44 yards, LSU n’en profitera pas, enfin pas immédiatement.

Rien ne sera marqué dans le premier quart temps, et même si Trent Richardson avance plutot bien, ce n’est que trop irrégulier. Après 3 échecs en field goal pour Alabama dont le dernier blocké par Logan et récupéré par un Eric Reid impériale, Alabama ouvre le score mais n’en profitera pas. Si Alabama auraient inscrits au moins 50 % des field goals l’avantage aurait pu être maintenu. C’est donc le moment que choisi Jordan Jefferson qui remplacera Jarrett Lee sur ce drive (ce dernier s’est fait intercepté peu de temps avant, substitution logique de la part de Les Miles), Un drive qui s’en va dans les dernier yards, mais il ne reste plus qu’une seconde .. Le Field Goal est donc essentiel. 3/3 à la mi temps !

Avec une deuxième interception Jarrett Lee semble vraiment très tourmenté et ne reviendra plus dans le match, son interception a la conséquence direct … Field Goal pour Alabama ce qui reste un moindre mal vu les occas’ raté en première période. 6/3 pour Alabama et les drives de LSU sont vraiment trop faible, les 3rd down ne passe pas, Hightower fait tout son possible ! Mais à LSU on ne maitrise pas encore le mot de la défaite et même si les Tigers sont au bor de la rupture c’est Morris Claiborne qui effectue une interception et permettra au sien d’égaliser à 6/6 à 14 minutes de la fin. Tout le monde retient son souffle, l’atmosphère est juste irrespirable.

Malgré une micro blessure Marquis Maze fait avancer Alabama, mais ce ne sera aucunement satisfaisant puisque le joueur défensif de la soirée se nomme Eric Reid et effectue une interception des plus clutch juste avant la ligne du touchdown, un play qui changera le court du match, le momentum a changé. Impossible de se dégager de la zone, les runs de LSU n’y feront rien, mais notre Koala national effectue un punt de 73 yards pour se dégager au mieux et obliger Alabama à cravacher. Plus rien ne sera marquer dans le temps réglementaire, c’est alors l’occasion de tester les deux équipes dans le temps supplémentaire, un match des plus indécis !

Début de l’Overtime et rappels des règles car en NCAA la règle est différente, les deux équipes ont chacun un drive à partir de la ligne des 25 yards pour effectuer le meilleur score, touchdown ou field goal. Alabama débute et le drive n’aboutira pas, un field goal qui passe à côté et qui laisse le champ libre à LSU. Jordan Jefferson et Michael Ford ne s’y trompe pas, il mène le drive de main de maitre et envoie Drew Alleman pour un Field Goal des plus simple ! LSU remporte ce match très tendu et pointe plus que jamais en tête du AP poll 25, la route est donc plus qu’ouverte pour le BCS !

The Game of Century

novembre 5, 2011 Laisser un commentaire

 

Tout d’abord qu’est ce que « the game of century », c’est tout simplement le match qui oppose depuis la nuit des temps le numéro 1 au numéro 2. Dans notre position actuel c’est le match de tous les dangers entre Alabama ennemi juré et LSU notre club de coeur. Mais historiquement, ce n’est aucunement le premier match entre les deux premiers. Notons par la suite que ce n’est pas une fatalité pour le vaincu et qu’en cas ou le PAC 12 et le BIG 12 ne sortira pas avec une feuille de 13/0, il est probable d’avoir la revanche au Superdome pour le compte du BCS.

1935 Notre Dame vs Ohio State :  Le premier game of the century. Les organisateurs ont déclarés qu’ils auraient pu vendre plus de 200 000 billets si le stade en aurait eu la capacité. Loin de ce chiffre mais en 1935 on a tout de même atteint 81018 spectateurs avec une victoire de Notre Dame dans les derniers instants, pourtant déficitaire de 14 points. Le ticket était alors déjà vendu 50 dollars, c’était il y a plus de 70 ans. 18/13 score final en faveur de Notre Dame.

1946 Army vs Notre Dame : Notre Dame est encore présente mais cette fois ci face à Army, le score de 0/0 est peu flatteur mais pourtant bien réaliste. Aucune équipe ne parviendra a marqué dans cette rencontre qui se disputera dans le mythique stade de baseball des Yankees. Doc Blanchard côté Army défend son titre de Heisman, ainsi que Arnold Tucker et Glenn Davis. Mais rien n’y fera la rencontre est fermé et aucune université ne se sublimera. L’affluence dans le stade est de 74121 personnes, c’est certes un peu mois que le précédent mais rappelons que c’est un stade de baseball. Les coachs qualifieront ce match de « a terrific battles of defenses »

1966 Notre Dame vs Michigan State : Et de 3 pour Notre Dame. Avec un ratio de 1 victoire  pour un match nul, Notre Dame n’a jamais perdu le game of the century, et ce n’est pas en ce 19 Novembre 1966 que cela changera. Une victoire ? Nan une égalité parfaite. A l’époque la prolongation n’existe pas encore. Michigan State mènera bien 10/0 mais encore une fois les ressources morales de l’université de Notre Dame se veulent ahurissantes. 10/10 à la fin du match, un field goal sera inscrit en fin de match car le coach de Notre Dame n’a pas voulu courir le risque d’un turnover. Le match s’est disputé au Spartan Stadium, réunissant tout de même 80011 fidèles et surtout la capacité du stade a été dépassé avec 111 pour cent. Le record fut battu depuis avec 80401 encore une fois face à Notre Dame en 1990, décidément … Par la suite Notre Dame viendra a bout de USC, la célèbre université californienne avec un score de 51/0. Pour la petite histoire, les deux équipes seront numéro 1 et 2 à la fin du championnat, alors que Alabama rendait une carte parfaite, la controverse était née.

1967 USC vs UCLA : Tiens donc après la raclée que leur a mise Notre Dame l’an dernier, personne ne pensait que USC en serait là. C’est tout de même les Bruins qui a l’époque était premier dans l’AP poll 25 avec une carte de 8 victoires et un match nul, tandis que USC avait déjà connu la défaite à une reprise. Le match se déroule dans l’enceinte mythique du Los Angeles Memorial Coliseum. 90772 personnes sont au rendez vous, un nouveau record est né dans ce game of the century, qui est par ailleurs le 4ème du nom et le deuxième des années 60. Une égalité parfaite à l’entame du dernier quart temps avec notamment un touchdown désormais mythique de OJ Simpson avec un run de 64 yards. Le quarterback des Trojans Toby Page prend ses responsabilités mais entend dans son oreillette : « Toby this is a terrible call » et pourtant le touchdown de Simpson arriva et comme dit précédemment il fait parti du mythe de ce match, avec un block sensationnel du Fullback Dan Scott. Les Trojans ne seront plus jamais rejoint et remporteront le match 21 à 20, un match qui est facilement dans les 20 plus beaux encore à l’heure actuel, historiquement, avec la rivalité et pour la beauté du match.

1969 Texas vs Arkansas : Le match a lieu le 9 Décembre, alors que les deux équipes comptabilisent déjà 9 victoires. Le Razorback Stadium ne peut cependant contenir que 47500 personnes, le minimum jusqu’alors dans un game of the century. Cependant il n’en reste pas moins splendide, on est rarement déçu par ce genre de match, mais le comeback réalisé par les Texans était sensationnel ! Arkansas mènera très rapidement 14/0 et ne laissera guère de chance à l’université du Texas, mais dans un sursaut d’orgueil comme c’est très souvent le cas les Texans reviennent à la charge. 15 points dans ce dernier quart temps pour passer devant et avec la manière, puisqu’en plus de très bien défendre, ils gèrent magnifiquement l’horloge avec un dernier touchdown inscrit sous la barre des 5 minutes, la défense d’Arkansas a craqué sous les coups des Texans et ne sera plus en mesure de revenir. James Street nous sortira un de ses plus beaux matchs avec 8 runs et 73 yards glanés.

1971 Nebraska vs Oklahoma : C’est à mon sens le plus beau game of century et de loin, des Sooners au top dans la saison et Nebraska sans équivalent. Les Blackshirts détiennent une des meilleurs défenses du pays, mais les Sooners ont une attaque de feu, le contraste est lancé. Sport illustrated titre : L’irresistible Oklahoma vient défier l’invincible Arkansas », le ton est donné. Oklahoma a une moyenne de 472 yards au sol depuis le début de la compétition, un record encore jamais battu. Un stade l’Owen field qui est rempli avec 61826 spectateurs. A la mi temps, les Sooners font parler leur puissance au sol et mène les débats sur le score de 17 à 14. C’est un match par séquence car Nebraska inscrit 14 points de suite, mais le quarterback des Sooners Jack Mildren permet au sien de reprendre l’avantage avec seulement 3 petits points d’avances à 7 minutes de la fin. Les tentatives de Jeff Kiney à la course lui donneront raison et surtout donneront l’ultime avantage pour Nebraska. Ils ne seront plus rejoint avec deux sacks consécutifs sur Mildren en 3rd et 4th down. 34/31 résultat final pour un des résultats les plus prolifique d’un game of century !

1987 Miami vs Penn State : 16 ans d’attente, 16 foutues années durant lesquelles nous n’auront pas notre game of the century, il faut dire qu’on s’y était habitué avec 4 en 6 années. Back in buisness donc ! Et ça se voit que cela plait au public américain, puisqu’avec 25.1 pour cent de part de marché, ce match réunit près de 22 millions de téléspectateurs sur la chaine NBC. Notons que dans l’équipe de Miami Vinny Testaverde (Quarterback), Alonzo Highsmith (Running Back) et enfin Jerome Brown (Defensive Tackle) sont presentis pour les 10 meilleurs pick de la draft qui arrive à grand pas. 73098 spectateurs assisteront à ce Fiesta Bowl (Game of Century) entre deux magnifiques équipes qui enregistrent tous deux un bilan de 11/0. Les deux équipes se rendent coups pour coups, 7/7 à la pause avec un touchdown tardif de John Sheffer pour les Nittany Lions de Penn State .. rien n’est donc joué. A la reprise, c’est punt sur punt et ce n’est que dans le dernier quart temps que Penn State prendra un avantage définitif et comblera un déficit de 3 points par un touchdown de DJ Dozier. Les 8 minutes restantes ne seront pas suffisantes pour voir un comeback de Miami ! Une récompense pour Penn State qui avec son illustre coach Joe Paterno, rajoute une ligne à son palmarès.

1991 Miami vs Florida State : Comme vous pouvez le constater c’est la période de Miami avec d’illustre champion qui sortiront de cette université, the U comme on surnomme l’université n’a pas d’équivalent pour le moment, mais n’a jamais gagné de GOC avec cette défaite au gout amère face à Penn State. Dennis Eriksson le nouveau coach de Miami n’a pas connu la sensation d’un GOC, c’est désormais chose faite. 63442 personnes fut présente dans l’enceinte du Doak Campbell Stadium, propriété de Florida State qui est du même coup favorite avec ce match à domicile. Miami prend pourtant rapidement les devant avec un drive conclut par un run de 6 yards par Mcguire. La réponse ne se fera pas tardive car après un field goal, le quarterback de FSU Casey Weldon balancera une passe de 51 yards en direction de Amp Lee, il sera stopper juste avant la ligne. Pas de quoi décourager FSU qui enverra Moore à la course pour le touchdown. FSU mène de 3 points à la mi temps. FSU continue de mettre la pression et comptera 6 ponts d’avance avant la dernière ligne droite, mais on connait les forcs morales de the U et c’est par l’intermédiaire de Jones que la rencontre se clôt avec seulement 1 point d’avance (17/16) pour Miami qui remporte son GOC non sans difficulté.

1993 Florida State vs Notre Dame : Si c’est le back to back pour Florida State, c’est le grand retour de Notre Dame au GOC. Avec 4 participations, Notre Dame domine outrageusement les présences au GOC. Le moins que l’on puisse dire c’est que lors de ce match Notre appuie très rapidement sur l’accélérateur et mène 21/7 à la pause, profitant du laxisme des Fighting Irish. Charlie Ward quarterback de FSU pourtant candidat au Heisman Trophy n’y arrive pas en ce début de match, bien pressé par les defensive tackle de Notre Dame. Un mini come back est organisé par Florida State mais c’est un poil trop tard, les 7 points d’avances de Notre Dame seront largement suffisant. 31/24 pour Notre Dame qui gagne par la même occasion son 2ème game of century et qui n’en a toujours pas perdu.

2006 Ohio State vs Michigan : L’ancien club de Tom Brady face à Ohio State qui domine outrageusement le football universitaire avec les Gators de Florida emmené par Chris Leak. Dans ce match entre deux petits nouveaux venues, chaque teams comptabilisent 11 victoires pour aucune défaite. Encore une fois toute l’Amérique est devant ce match, une sorte de mini superbowl qui ne connait pas la crise chez les publicitaires et les diffuseurs.Certains noms nous semblent familier tout comme l’association qui débute fort bien le match entre Chad Henne (Quarterback des Dolphins) et Mario Manningham (Receveur des Giants). 1er drive et premier touchdown pour Michigan, un match qui est parti sur de très bonne base. Mais Ohio State a de l’expérience et c’est un 7 minutes que Ohio State conclut son drive par l’intermédiaire de Roy Hall, bien lancé par Troy Smith. Egalité parfaite, les défenses aux abonnés absent, mais aux Etats Unis on aime le spectacle. C’est dans le deuxième quart temps que la différence commencera à se faire, Ohio State confirme son statut de favoris. 21 points dans ce second quart temps pour une avance confortable de 14 points. Steev Breaston et Mario Manningham ne sont pas de trop pour stopper cette attentat mais rien n’y fait. Anthony Gonzalez désormais aux Colts ainsi que Tedd Ginn Junior effectue un gros travail, sous l’impulsion quasi permanente de Troy Smith. Mike Hart et Garrett Rivas tenteront bien de redonner des couleurs à Michigan mais ça ne durera que très peu de temps puisque Ohio State en remet une couche. Michigan aura tout de même la force de ne jamais lâcher, ce qui fera de ce match, un des plus beaux de la décennie. 42/39 Résultat final pour Ohio State, cette victoire n’empêchera pas les Gators de les humiliés au BCS 41 à 14 !!!

To be continued !!